La Dépêche d'Abidjan

Facebook Twitter Rss YouTube
CÔTE D'IVOIRE - Abissa 2019 : La colère des "génies" fait reculer les organisateurs

La Dépêche d'Abidjan

Initialement prévue du 20 octobre au 03 novembre dernier, l'édion 2019 de la fête de l'Abissa avait été reportée du03 au 17 novembre. Mais contre toute attente, la fête du peuple N'zima Kotoko vient, une fois de plus, d'être différer .

La raison de cet énième report est connue. La ville de Grand-Bassam est l'objet d'une inondaon suite aux grandes pluies qui s'abaent sur la cité balnéaire depuis des semaines. Les populaons de la ville sont désemparées, et les activités sont bloquées depuis que cette catastrophe naturelle s'abat sur la région du Sud-Comoe.

Malgré les efforts des autorités administraves et coutumières pour apporter des solutions, la situation devient inquietante de jour en jour et c'est toujours la désolaon dans les familles. La pluie connue de faire ses effets. Maisons et rues inondées. routes coupées. La place publique du quarer France de Grand-Bassam qui abrite chaque année l'Abissa est devenue un vrai marigot.

À l'origine de cette catastrophe, la monté du Fleuve Comoe qui aurait quitté son lit. C'est ce qu'affirment les spécialistes des quesons environnementales.

CÔTE D'IVOIRE - Abissa 2019 : La colère des
Mais des gardiens de la tradion en pays N'zima avancent d'autres raisons. En effet, à en croire des sources introduites et présentes sur place, ce qui arrive à la ville historique de Grand-Bassam n'est rien d'autre que la coleres des esprits.

Il ne s'agit donc pas seulement de simples problèmes de dérèglement climaque comme veulent le faire croire les autorités de la ville.

Pour beaucoup d'habitants de la ville, les choses vont au-delà de la simple vue naturelle. Une colère liée aux derniers événements sociopolique qui ont entraîné une désacralisaon de la terre de Grand-Bassam, avec à l'appui le balayage du Maire Ezaley Philippe au profit du nouveau maire, Jean Louis Moulot. Le maire sortant, selon certaines indiscréons étaient le choix de la populaon, mais pour des raisons poliques, son départ aurait été précipité.

Malgré les manifestaons des habitants qui souhaitaient le respect de leur choix, rien n'y fit. La suite on la connaît tous. La sore précipité d'Ezaley a suscité une fracture au sein de la populaon. Même le roi de la ville, accusé d' être de connivence avec le régime pour chasser l'ancien maire, serait depuis peu vomi par la populaon. Sa résidence est également sous les eaux. Et l'arrivée d'autres pluies sont annoncées sur la région.

Une situaon qui compromet la tenue de cette fête annuelle. Il est donc incertain que l'Abissa, cette grande fête culturelle qui célèbre le patrimoine culturel du peuple N'zima Kotoko se tienne cette annee.

Rappelons que de nombreux jeunes de la ville avaient bruyamment menacé de la boycotter cette année si l'ancien maire n'était pas rétabli dans son fauteuil. C'est dans cette atmosphère délétère que cette catastrophe naturelle s'est invitée dans le calendrier de la fête devenue l'un des rendez-vous culturels les plus populaires de Côte d'Ivoire.

Malgré les cérémonies de libaons entamées par des anciens pour implorer le pardon des dieux, la situaon reste toujours confuse.

Les organisateurs qui ont la pression des sponsors essaient de faire mains et pieds pour que l'édion 2019 de l'Abissa ait lieu, mais c'est mal connaître la colère des" génies " qui dictent en ce moment la loi sur leur sol.

Pour certains observateurs, il serait indécent de fêter pendant que des familles pleurent.

José TETI, Correspondant permanent à Abidjan


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :