Facebook Twitter Rss YouTube

CÔTE D'IVOIRE - Sidy convoqué devant la FIFA - Le sort du président de la FIF dépend d'Anouma

La Dépêche d'Abidjan

Incapables de s’accorder sur l'essentiel dans le différend qui les oppose quant à la gestion du football ivoirien, le président de la Fédération ivoirienne de football, Sidy Diallo, et ses adversaires sont convoqués devant la Fifa, le 20 mars 2018 à Zurich, en Suisse. Et ce jour-là, le sort de Sidy dépendra, en partie, d'un certain Jacques Anouma.

L'avenir du football ivoirien est présentement en pointillés. Empêtré dans une crise qui n'en finit pas. Depuis deux mois, ses acteurs majeurs se tirent dessus à boulets rouges. Ils sont d'accord sur tout ce qui les divise. Les jours et les semaines se suivent mais se ressemblent dans cet imbroglio footballistique. Aussi incertains les uns que les autres. Car chaque partie reste arc-boutée et campée sur sa position depuis les prémices de ce qu'il convient d'appeler désormais le crise du football ivoirien. Deux blocs antagonistes se sont formés. D'un côté, celui du président de la Fédération ivoirienne de football, Sidy Diallo, et un groupe de dirigeants, ses partisans. De l'autre, des présidents de clubs frustrés qui ne partagent plus son mode de gestion de l'instance faîtière du football ivoirien. Et non des moindres : Me Roger Ouégnin (Asec), Salif Bictogo (Stella club d'Adjamé), Eugène Marie Diomndé (Séwé sport) et d'autres dirigeants de clubs. Ils ont constitué un bloc baptisé le "G42" désormais dressé contre Sidy Diallo et ses partisans.
Face à l’intransigeance et aux positions figées des deux camps, la Fifa a décidé de convoquer les protagonistes de la crise du football ivoirien à une rencontre le 20 mars au siège de l'instance suprême du football mondial, à Zurich en Suisse.
"Faisant suite à la lettre de la Secrétaire Générale de la FIFA du 24 janvier 2018, annonçant une rencontre souhaitée par tous les intéressés à la visite du soussigné en Côte d'Ivoire en janvier dernier, ainsi qu'aux différents courriers parvenus à la FIFA, nous vous convions à une rencontre qui aura lieu au siège de la FIFA à Zurich, Suisse, le le 20 mars 2018(9h30). Le but de cette rencontre est d'entendre et écouter chaque groupe afin de trouver un consensus entre les participants"? Voici l'essentiel du contenu de la lettre adressée par la FIFA à la FiF le 8 février 2018. L'autre pan de ce "Marcoucis sportif" ivoirien est que le verdict final de ce conciliabule du 20 mars dépendra, en partie, de l'Ivoirien Jacques Bernard Daniel Anouma en sa qualité de conseillé à la FIFA. L'ancien président de la FIF ne prendra part aux échanges à proprement parler, mais la FIFA le consultera pour la décision finale qu'elle aura arrêtée pour le football ivoirien. Voilà où le sort de Sidy Dillo se retrouve, en partie entre les mains de son "ennemi" juré. Lors de la dernière visite de l’émissaire du garant du football mondial en Côte d'Ivoire, Sidy Diallo a purement et simplement refusé que Jacques Anouma assiste à la rencontre entre lui et l'envoyé de la Fifa. Après l’élimination des Éléphants de la Coupe du monde 2018, Anouma n'a pas manqué de voler dans les plumes de Sidy. " Sidy n'est pas un rassembleur, or la FIF a besoin d'un président qui rassemble", avait-il affirmé sur la RTI. Et dans cette crise que vit le football ivoirien, l'Afad, le club de Jacques Anouma est opposé au patron de l'instance fédéral actuel. Tous ces faits mis les uns dans les autres, on peut affirmer, sans risques de se tromper, que le sort de Sidy est entre les mains d'Anouma le 20 mars à Zurich, en Suisse.

Edson Titi


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :