Facebook Twitter Rss YouTube

Côte d’Ivoire : une enquête inédite sur le bilan de la réconciliation nationale

La Dépêche d'Abidjan

Le 10 janvier prochain, une ONG ivoirienne, l’A.P.D.H, Actions pour la Protection des Droits de l’Homme, publie un rapport intitulé : Côte d’Ivoire : réconciliation nationale, où en sommes-nous ? Une enquête inédite, qui confirme que le processus de réconciliation nationale est en panne, malgré les initiatives des autorités ivoiriennes.

C’est une première ! Depuis le lancement, en 2011, du processus de réconciliation nationale, initié dès son premier mandat par le président ivoirien Alassane Dramane Ouattara, jamais une évaluation chiffrée n’avait en effet été conduite sur cette question. Cette lacune vient d’être comblée par l’A.P.D.H, Actions pour la Protection des Droits de l’Homme, en partenariat avec la Konrad-Adenauer-Stiftung, une fondation politique allemande proche de la CDU, l’Union chrétienne démocrate.

A tous ceux qui tirent la sonnette d’alarme depuis longtemps, à ceux qui pensent que ce processus est moribond, cette étude, que nous nous sommes procurés, apporte une confirmation. Intitulée Côte d’Ivoire : réconciliation nationale, où en sommes-nous ?, cette enquête de terrain a été menée dans treize villes et treize villages, représentant les cinq grandes régions ivoiriennes. Et d’après les résultats de ce travail qui a duré dix-huit mois, le critère d’appréciation qui arrive en tête des préoccupations des populations, c’est la volonté politique d’aller à la réconciliation.

Et pour 41% des personnes interrogées, cette volonté est faible, voire inexistante. Ainsi, les initiatives politiques et institutionnelles du président Alassane Ouattara sont jugées peu efficaces. C’est en particulier le cas pour la Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation, à laquelle a succédé la Commission Nationale pour la Réconciliation et l’Indemnisation des Victimes, et dont les actions et les résultats n’ont pas convaincu.

Le processus de réconciliation nationale est insuffisant

Le refus des autorités ivoiriennes de réformer la commission électorale indépendante, malgré les demandes réitérées d’une partie de la société civile et de la classe politique, fait aussi planer des suspicions sur leur volonté d’aller à la réconciliation.
L’établissement de la vérité et le pardon, constituent la deuxième préoccupation des populations. A 68%, celles-ci soutiennent que les causes de la crise n’ont pas été suffisamment mises en lumière.

« […] Malgré la mise en place de structures par l’Etat, peut-on lire dans cette étude, notamment la Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation, remplacée plus tard par la Commission Nationale pour la Réconciliation et l’Indemnisation des Victimes, et même l’existence d’un ministère chargé de promouvoir les idéaux de pardon et de réconciliation, ces différentes instances semblent n’avoir pas été à la hauteur des attentes de reconnaissance du tort subi et de contrition de la part des bourreaux. »
Lire la suite


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :