Facebook Twitter Rss YouTube

Le Gabon en plein questionnement

La Dépêche d'Abidjan

Situation particulière que celle du Gabon aujourd'hui. Alors que les résultats des législatives viennent de tomber, l'esprit des Gabonais est accaparé par les incertitudes autour de l'hospitalisation du président Bongo Ondimba.

Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'avec la nouvelle de l'hospitalisation du président Ali bongo Ondimba à Riyad, hospitalisation due à un «  malaise  » selon les informations délivrées par le porte-parole de la présidence, Ike Ngouoni Aïla Oyouomi, le Gabon nage dans l'incertitude. En effet, dimanche dernier, l'information a été donnée que le président âgé de 59 ans était depuis mercredi à l'hôpital King Faisal de Riyad, en Arabie saoudite. Hospitalisation mercredi, annoncée dimanche. Il n'en fallait pas plus pour que les rumeurs les plus folles circulent ici et là, tant au Gabon que dans de nombreux pays africains.

Entre folles rumeurs...

C'est ainsi qu'une télévision privée camerounaise a annoncé la mort du président gabonais Ali Bongo Ondimba. Mal leur en a pris puisque réunie mardi à Libreville, la Haute Autorité de la communication (HAC) a demandé le retrait pour six mois de Vision 4, télévision privée camerounaise réputée proche du pouvoir. «  Inexacte et trompeuse  », a indiqué la HAC qui a estimé que cette annonce a porté «  atteinte à l'unité nationale, la cohésion sociale et l'ordre public  ». Il faut dire qu'une autre information est mise en avant par la présidence même du Gabon qui a indiqué que «  les médecins qui l'ont consulté ont diagnostiqué une fatigue sévère due à une très forte activité ces derniers mois  ». Prescription requise : «  repos médical  », selon le porte-parole du Palais de bord de mer. Et de préciser : «  Il va mieux et se repose en ce moment même à l'hôpital à Riyad.  » Mercredi soir, le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, lui a rendu visite si l'on en croit l'agence de presse officielle saoudienne (SPA).

... minimisation de l'hospitalisation...

Après que le Premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet ait évoqué l'idée d'un « non-événement » et que la sanction contre Vision 4 a été connue, le doute, le trouble et les questions se sont insinués dans l'esprit des Gabonais. À leur tête, les membres de l'opposition, notamment ceux de l'Union nationale, ont indiqué prendre avec beaucoup de réserve les propos du porte-parole de la présidence et du Premier ministre, ce qui les a conduits à «  exiger la vérité  ». Même son de cloche du coté du Rassemblement héritage et modernité, dont le chef, Barro Chambrier, a dit : « Les Gabonais ont également le droit de savoir la vérité et notre parti appelle le gouvernement à plus de responsabilité pour communiquer aux Gabonais, d'heure en heure, la situation exacte. C'est un devoir constitutionnel important et c'est une exigence démocratique et un signe de respect envers le peuple gabonais. »

... et appels à prier

On l'aura compris, le sujet est sur toutes les lèvres au point que, ce mercredi, le secrétaire général exécutif du Bloc démocratique chrétien, Guy Christian Mavioga, a invité le peuple à la prière, pour un rétablissement rapide du patron de l'exécutif. Parallèlement, la brigade de sécurisation des postes comptables du Trésor a appelé les militaires à redoubler de vigilance, en vue d'une meilleure sécurisation des fonds en cette période sensible.

Le contexte est donc vraiment délicat, car le Parti démocratique gabonais paraît momentanément orphelin de son chef et du coup n'a pas fêté sa victoire, contestée par ailleurs par nombre d'opposants, comme il se doit. En vérité, ses élus, dont beaucoup de nouveaux, attendant impatiemment le retour d'Ali Bongo à Libreville. Pour le moment, on se rassure comme on peut à l'image de ce militant du PDG, Joseph Malekou qui indique : « Une lecture croisée des dépêches de plusieurs agences de presse nous rassure. Nous prions pour un prompt rétablissement du président du président de la République. »

Ce volet hospitalisation du président Bongo mis de côté, qu'en est-il de l'autre dossier fort du moment, à savoir les résultats des élections législatives ?
Lire la suite


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :