Facebook Twitter Rss YouTube

Le foot et la foi : en Côte d'Ivoire, les religions gagnent sur le fétichisme

La Dépêche d'Abidjan

"Combien de poulets, pintades, moutons, boeufs sacrifiés pour assurer le succès d'une équipe? Combien de cabris sacrifiés pour consommer l'échec de l'équipe adverse", rigole une figure du milieu du football ivoirien.

Sur certains terrains, fétiches et maraboutages font partie du jeu. Mais ces dernières années, la montée en puissance des religions monothéistes, avec notamment l'islam et les églises éveillées, font reculer ces pratiques.

Sacrifices, chants, incantations, mouchoirs-fétiches, poudre jetée en l'air, eau spéciale, cérémonies, oeufs cassés, objets divers enfouis, protections sur les joueurs, colliers magiques, massages spéciaux: les techniques et méthodes sont innombrables... On parle de "djibo, gbass, cable" pour désigner ces fétiches ou gri-gris utilisés par les footballeurs.

L'ancien attaquant de l'ASEC Mimosas, club phare ivoirien, MM international à plusieurs reprises, se rappelle d'une finale de Coupe nationale en 1967: "La veille, les dirigeants sont venus dans le dortoir avec un féticheur. On nous a tous mis en slip pour une +préparation spéciale+"

"Le féticheur a révélé ensuite que c'est moi qui allais donner la victoire à l'équipe. Il m'a donné un oeuf cru que je devais avaler. Ca c'est bloqué au niveau de la gorge, j'étais en sueur, je n'arrivais plus à respirer... Mais finalement c'est descendu", raconte-t-il.

"On menait au score 1 à 0, le Stella (l'adversaire) a arraché la prolongation dans les dernières minutes. Moi, j'avais été touché à un pied par un défenseur... C'était compliqué et on commençait à douter du féticheur. Mais, comme par enchantement, au début de la prolongation, avec ce pied, j'adresse un tir puissant qui fait mouche!".

Victoire du féticheur? Manglé se rappelle d'un cas moins glorieux: "Un féticheur devait faire des incantations en notre faveur sur un chat qu'il tenait dans ses mains. Mais il s'est trompé, en disant le nom de notre adversaire. On lui a crié +non, c'est ASEC, pas Stade Abidjan+. Le chat s'est échappé à ce moment là... On a perdu ce match 5 à 1!"

Le sujet reste sensible, beaucoup craignant d'en parler ouvertement. Un ancien international raconte comment il est passé à côté d'un match alors qu'il était en pleine forme après un massage mystique...

L'ancienne star Emmanuel Moh se souvient lui aussi d'oeufs cassés dans le rond central, de visites nocturnes à des féticheurs mais souligne en rigolant que le féticheur doit beaucoup aux footballeurs: "Le féticheur ne marche qu'avec des bons joueurs". Le milieu de terrain de l'Africa Sports estime aussi que le recours à ces pratiques est en recul avec l'émergence de la foi dans les religions monothéistes.
Lire la suite


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :