La Dépêche d'Abidjan

Facebook Twitter Rss YouTube
Terrorisme en Afrique : L'armée du Burkina Faso paye le lourd tribut

La Dépêche d'Abidjan

Le continent africain est devenu un véritable champ de terrorisme ces dix dernières années. Le Burkina Faso, qui partage les frontières avec plusieurs pays sahéliens, paye un lourd tribut à travers le massacre de ses soldats.
Selon les estimations des autorités Burkinabè, ce sont à ce jour près de 600 personnes issues des forces de défense et de sécurité du pays qui ont perdu la vie dans la protection de leur patrie. Un nombre inquiétant qui plonge le peuple du Burkina Faso dans la consternation.

Ces deux dernières années ont été fortement terribles pour les militaires Burkinabè. En dépit de la coalition des forces au sein du G5 Sahel, comprenant d'autres pays voisins comme le Niger, le Mali et bien d'autres États, les Djihadistes continuent d'endeuiller des familles.

Dans cette triste situation, les hauts gradés de l'armée Burkinabè ne cessent de dénoncer le sous-équipement de l'armée du Burkina en matériels de pointe pour venir à bout des terroristes qui sont plus armés.

Le soutien de la population aux militaires sur les différents fronts ne suffit pas pour freiner le carnage enregistré chaque jour sur le terrain. Et la France, qui est supposée apporter un soutien à cette coalition des forces sahéliennes, ne joue pas, semble-t-il, franc jeu avec ses alliés dans la lutte contre le terrorisme au Sahel.
Ses différentes opérations comme "Servale" et autres, au cours desquelles elle devait anéantir les terroristes au Mali, n'ont pas donné des résultats escomptés. Au contraire, elles ont entraîné un durcissement du ton des djihadistes sur le terrain, déployant ainsi toutes leurs tentacules dans les pays voisins, notamment au Burkina Faso et au Niger.

José TÉTI, Correspondant permanent à Abidjan



Commentaires (0)
Nouveau commentaire :